DVD Disney Les aristochats

 

Les aristochats débute à Paris, en France, en 1910, un chat de mère nommée duchesse et ses trois chatons – Marie, Berlioz et Toulouse – vivent dans le manoir du chanteur d’opéra à la retraite Madame Adélaïde Bonfamille, avec son majordome anglais, Edgar Balthazar. Elle se installe très tôt sa volonté avec son avocat, Georges Hautcourt – un vieux, vieil ami excentrique de la sienne – en indiquant qu’elle souhaite les « fidèles » Edgar se occuper de ses chats bien-aimés jusqu’à ce qu’ils meurent. Alors seulement il hériter de la fortune lui-même. Edgar entend cela de son propre chambre et croit qu’il sera mort avant qu’il hérite de la fortune de Madame Adélaïde, et ainsi de parcelles pour enlever les chats d’une position de l’héritage (clairement pas penser à comment il serait essentiel dans le contrôle de la fortune, malgré de prendre bien soin d’eux).
Edgar endort les chats en mettant une bouteille entière de somnifères dans leur nourriture, puis dirige sur dans la campagne de se en débarrasser. Toutefois, deux des chiens de chasse nommés Napoléon et Lafayette l’attaquent. Après le conflit, Edgar se échappe, laissant derrière son parapluie, chapeau, lit-panier de les chats et le sidecar de sa moto dans le processus. Les chats sont laissés seuls et peur dans la campagne, tandis que Madame Adélaïde, Roquefort la souris et Frou Frou le cheval découvrir leur absence. Dans la matinée, duchesse rencontre un chat de gouttière nommé Thomas O’Malley, qui lui propose et les chatons à Paris guider.

Ils ont une lutte de retourner à la ville, brièvement l’auto-stop sur le dos d’un panier de lait avant d’être chassé par le conducteur. Marie tombe ensuite dans une rivière et est sauvé par O’Malley. Ils rencontrent ensuite une paire d’oies blanches britanniques, Amelia et Abigail Gabble, qui voyagent à Paris. La tête de groupe hors, marchant comme des oies, jusqu’à ce qu’ils atteignent Paris et viennent à travers ivre Oncle Waldo des filles. Abigail et Amelia partent ensuite à la maison Waldo. Voyager sur les toits de la ville, les chats répondent Scat Cat et son groupe, des amis proches à O’Malley, qui effectuent le Tout le monde de la chanson veut être un chat. Après avoir quitté la bande et les chatons rester au lit, O’Malley et la duchesse passent la soirée sur un toit et de parler à proximité, tandis que les chatons écouter à un rebord de fenêtre. Le sujet de leur conversation est la question de savoir si la duchesse peut rester et d’être avec Thomas.

À contrecœur, duchesse lui tourne malheureusement vers le bas, en grande partie hors de loyauté envers Madame Adélaïde, en soulignant que madame aime vraiment elle et ses chatons – certaines coupes à Madame Adélaïde montrent qu’elle est vraiment très malheureux sans ses chats, et se sentir très seul. Les chatons d’écoute sont déçus, mais ils souhaitent aussi rentrer à la maison. Edgar, quant à lui, récupère son side-car, parapluie, et un chapeau de Napoléon et Layafette avec une certaine difficulté.

Les chats font retour à la maison, après quoi O’Malley écarte malheureusement après que lui et la duchesse ont instant d’adieu sincère. Edgar voit duchesse et chatons à venir et les capture, les met dans un sac et brièvement les cache dans un four. Les chats disent Roquefort à poursuivre O’Malley et obtenir de l’aide. Il le fait, après quoi courses O’Malley retour à la maison, en ordonnant Roquefort pour trouver Scat Cat et son gang. Edgar place les chats dans une malle dont il prévoit d’envoyer à Tombouctou, l’Afrique. O’Malley, Scat Cat et sa bande, et Frou-Frou tous lutter Edgar, tout Roquefort libère duchesse et chatons. En fin de compte, Edgar est incliné dans le coffre, enfermé à l’intérieur, et envoyé à Tombouctou lui-même. La volonté de Madame Adélaïde est réécrite à exclure Edgar et comprennent O’Malley. Elle commence une fondation de charité offrant une maison pour tous les chats errants de Paris. La grande ouverture de celle-ci, à laquelle la plupart des personnages principaux viennent, propose la bande de Scat Cat, qui effectuent une reprise de Ev’rybody veut être un chat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *